Nicaragua – Isla de Ometepe

Nous partons le matin en direction de Rivas en prenant un bus public du marché de Granada jusqu’au centre de bus de Rivas. Dans le bus, nous rencontrons un néerlandais qui sera notre compagnon de voyage jusque sur l’île. Arrivée à Rivas, nous avons pris les services d’un taxi pour nous emmener jusqu’au port de San Jorge, d’où se font les départs pour l’île d’Ometepe. Tout s’est très bien enchaîné, nous voilà embarqués sur le ferry !

P_20190311_120108[1].jpgUn ferry bien plein !

La sensation est immense lors de la traversé, nous voyons peu à peu les deux volcans impressionnants de l’île apparaître, île elle-même au milieu de ce lac immense. Un sentiment de bout du monde se fait ressentir !

P_20190311_124322[1].jpg

Après une heure de ferry, nous arrivons à Moyogalpa, petit port de l’île, à partir duquel nous partons en bus rejoindre notre hôtel situé dans le village d’Alta Gracia (environ 45min de bus.) À Altagracia, nous avons dormi dans un hostel, et y avont aussi loué un scooter pour une journée. Louer un scooter permet de se déplacer facilement sur l’île car mine de rien elle est vraiment grande et les bus ne sont pas très réguliers.

P_20190311_155433[1]P_20190311_155300[1]P_20190311_164519_HDR[1]

Le premier jour nous nous sommes rendus à la plage Santo Domingo où nous avons pu manger un petit repas végétarien et profiter de la plage de sable. La plage était déserte, le soleil tapait, nous avions une vue imprenable sur le volcan Maderas et un lac grandiose nous attendait.

P_20190311_174421P_20190311_174210P_20190311_174933P_20190311_175848

Un peu avant le coucher de soleil, nous remettons nos casques et partons sur la deuxième partie de l’île pour aller au point de vue El Peru. Cette deuxième partie de l’île n’est pas goudronnée, on y trouve seulement des chemins de terre, l’expérience est plus qu’authentique! Arrivés à El Peru, nous sommes encore une fois seuls, nous prenons une petite boisson et attendons le coucher de soleil, assis sur un rondin avec une vache comme partenaire. Le coucher de soleil est à couper le souffle, nous admirons le volcan Concepcion avec son petit chapeau de nuage…

P_20190312_083448[1].jpg

Le deuxième jour, de bon matin nous sommes partis pour la Punta Jesus Maria, en espérant y trouver une vue à couper le souffle, malheureusement il y avait trop de nuages pour apprécier la vue sur les volcans.

Après cela nous sommes partis pour la réserve naturelle de Charco Verde (Entrée 5$). Nous commençons alors par la réserve des papillons. Un lieu unique et magique où les papillons volent tout autour de nous ! De toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, ces papillons bénéficient d’un environnement parfait pour leur épanouissement. Un majestueux papillon bleu, papillon impérial, ne se laissera pas photographié mais nous fascinera ça c’est sûr !

P_20190312_095510P_20190312_100251P_20190312_100621

Nous sortons alors de ce petit cocon pour aller maintenant se promener à travers les sentiers du parc entre légende, nature et randonnée, ce petit bout de parc est très agréable.

P_20190312_105538P_20190312_111113

Un bruit roc surgit des arbres, nous nous rapprochons encore, et là, surpriiiise, une grande famille de singes hurleurs ornent les arbres nous entourant. Etant encore une fois seuls, nous pouvons profiter pleinement du spectacle et les observer manger, dormir, se déplacer. Ce mammifère est fascinant ! Nous avons aussi croisés quelques singes araignées se balançant avec leurs grands bras.

P_20190312_120712P_20190312_120722

Pour finir cette belle journée, nous nous accordons un petit bain dans les piscines naturelles de l’Ojo de agua (entrée 3$). Une eau cristalline magnifique, des petits siège en bois confortables, un snack, tout ce qu’il faut pour un petit moment de repose dans ses eaux fraîches. Nous y retrouvons notre compagnon néerlandais et rencontrons des canadiens super sympas !

Cette splendide île d’Ometepe peut facilement représenter une halte d’une semaine pour le nombre d’activité à y faire: monter les deux volcans, faire des randonnées jusqu’à des cascades, profiter de belles baignades etc.

Publicités

Nicaragua – Granada

De Masayaaa à Granadaaa ! Une portion de route encore une fois assez rapide, nous partons en milieu d’après-midi de Masaya et arriverons en trente minutes tout au plus à Granada, la coloniale.

Granada c’est LA ville coloniale par excellence du Nicaragua. Une architecture de toute beauté, des murs colorées, un lac, une spécialité culinaire locale, un volcan et une atmosphère particulière, bienvenue à Granada !

P_20190309_140107.jpg

Nous avons dormi deux nuits à l’Arca de Noe, près du centre, pas cher (petit déj compris!) et tout confort.

Que faire et voir à Granada ?

  1. Eh bien tout simplement s’y perdre un peu et flâner

P_20190309_143008P_20190309_170026P_20190309_142725P_20190309_152402P_20190309_165750P_20190309_153406

P_20190310_141155P_20190310_144446

  1. Monter au clocher de l’église de la Merced (au coucher de soleil s’est encore mieux!)

P_20190309_175035_HDRP_20190309_171532P_20190309_171544P_20190309_174430_HDRP_20190309_174652_HDRP_20190309_174303

  1. Monter au clocher de l’église Notre-dame de l’Assomption

P_20190309_145045P_20190309_161549P_20190309_160135P_20190309_160820P_20190309_160250P_20190309_161414

  1. Visiter les Isletas de Granada, mmh ça se n’est franchement pas génial. C’est un petit voyage de 40minutes à travers des îles habitées par des personnes fortunées, une sorte de balade dans le Beverly Hills nicaraguayen. J’étais venue pour la nature supposément présente sur ces 365 petites îles mais je n’en ai pas vu la couleur. Prix de la balade: 6€/pers.

P_20190310_123530P_20190310_131618P_20190310_132009

  1. Se balader sur le port, ancien bastillon de force contre les pirates européens venus pilliés les trésors de la belle Granada, et bien sûr admirer le lac Conchimbolca aussi appelé lac Nicaragua dont on ne voit pas le bout! Le lac Nicaragua pour vous donner un ordre de mesure c’est la moitié du El Salvador! Il est si grand que les vagues viennent claquer les flancs du port. Un lac avec des vagues ?! Oui oui, je vous le jure.

P_20190309_151144P_20190309_152217P_20190309_152643

  1. Manger une spécialité culinaire: le vigoron composé de porcs, yuca, curtido (mélange de choux, oignons, vinaigre)

P_20190309_143531.jpg

  1. Boire un verre sur la Calle(rue) Calzada pour l’ambiance et le folklore

P_20190309_154615_HDR

Granada qui était il y a quelques temps noire de touristes se retrouve assez seule, les calèches de la place centrale attendent leurs clients. Nous y avons tout de même croisé quelques touristes mais pas de foule !

Nicaragua – Masaya, Catarina et Laguna de Apoyo

Quatrième pays de ce tour d’Amérique centrale, le Nicaragua a beaucoup à offrir!

Ces dernières années, le Nicaragua avait réussi à déveloper un fort potentiel d’attractivité touristique au bonheur de la population locale. Suite aux manifestations du peuple contre le gouvernement de Daniel Ortega, quasi dictatorial, qui a réprimé de manière très forte chaque manifestations allant jusqu’à la mort, les nicaraguayens et les touristes ont fuit cette belle destination. Ayant des contacts sur place qui nous ont rassuré quant à la situation quelques mois plus tard après les affrontements, nous avons décidé de nous y rendre au Nicaragua.

Notre voyage commence donc comme d’habitude avec un bus ! De Tegucigalpa, capitale du Honduras, nous nous sommes rendus jusqu’à Managua avec la compagnie Transnica qui propose tout un confort à bord pour les 7h de trajet.

Nous avons fait quelques jours de repos à Managua afin de nous remettre d’aplomb pour la suite de l’aventure. Managua est une capitale très clersemée ou les différences sociales sont flagrantes, encore plus que chez ses voisins: il n’est pas rare de voir un gros 4×4 fort cotoyé un paysan en charette sur la voie rapide. Il faut le voir pour le croire ! Cette image restera gravée dans ma tête toute ma vie, la pauvreté extrême et la richesse des puissants du pays sur la même route. Ce sera tout pour Managua !

Nous partons donc de Managua en bus public pour Masaya, en seulement 20min de bus nous sommes déjà arrivés! Enfin c’est ce que l’on pensait, car oui nous sommes à Masaya mais notre Airbnb est en fait à l’autre bout de la ville! Avec nos gros sacs tous lourds et sous la chaleur nous marchons ainsi pendant trente minutes ^^.

P_20190308_132859P_20190308_141335

Masaya, ville pleine de couleurs, connue pour son volcan en éruption, est immanquable.

Nous avons passé une nuit dans un airbnb chez Ricardo, une personne formidable qui nous aura fait vivre sa culture et qui aura partagé avec nous toute sa gentillesse et bienveillance.

P_20190308_140038Marché d’artisanats de Masaya

Sur certains murs, nous croisons la phrase suivante « El comandante se queda! », « Le commandant reste! ». Le commandant, c’est le surnom du président Daniel Ortega. Peu à peu, nous aprenons que la ville où nous nous trouvons a été le bastillon rebel le plus fort du pays, de nombreux habitants sont morts face aux balles de l’armée. Une émotion forte se fait ressentir en pensant que nous nous promenons là où des gens ont perdu la vie en défendant leur pensée…

P_20190308_180844

Le soir, nous nous rendons au parc du volcan Masaya avec notre hôte pour assister au coucher du soleil sur le volcan en éruption ! Voir la lave bouillir à plusieurs mettre en dessous de nous est impressionant !! Les conquistadors, à l’époque, surnommait ce volcan la bouche de l’enfer, c’est pour cela que sur la point de vue le plus haut, nous retrouvons une croix, supposée empêcher la sortie du  diable et de ses démons à la surface.

P_20190308_180920P_20190308_181255_HDR

P_20190308_181146Nous y sommes restés près d’une heure et demi le spectacle étant si beau.

Le lendemain au lever, nous décidons de partir faire un tour à Catarina et la Laguna de Apoyo, situés à quelques kilomètres de Masaya. Nous prenons à nouveau un bus public en route pour Catarina…sauf que notre bus tomba en panne dans une côte en voulant doubler un camion qui était déjà en panne ahah. Résultat: les deux voies aller/retour bloquées; bloquées ? Non pas pour tout le monde, le petit ravain fera office de « route » pour les autres voitures et bus ! De grands moments de rigolade mais aussi de peur à voir passer tous ces engins dans cette petite portion de route.

P_20190309_100423.jpg

En quelques minutes notre chauffeur et plusieurs personnes du bus commencent à bricoler pour faire fonctionner à nouveau ce gros bus, tout ça en musique ! Nous décidons après quelques minutes d’attente de finir la route à pieds pour aller plus vite. Surprise, Catarina était en fait à 200 mètres de notre bus ahah ^^.

P_20190309_101305P_20190309_100940P_20190309_101052

Catarina est une petite ville dont l’économie est tournée autour de la jardinerie, en effet, on y trouve toutes espèces de plantes et décorations pour sublimer son jardin ! Un vrai plaisir pour la vue et l’odorat.

P_20190309_104922P_20190309_102936

Ce qui fait de Catarina une petite bourgade attractive c’est aussi sans doute la Laguna de Apoyo, une lagune calme entre ciel et volcan qui offre une belle vue panoramique sur les environs.

P_20190309_102933.jpg

Je tenais vraiment à parler de ce sentiment d’impuissance face à une telle dictature qui oprime son peuple. Le Nicaragua n’ayant rien d’intéressant aux yeux des grandes puissances, le peuple reste seul, tenu par un bras de fer, et le manège continue…

Dans l’espoir que la tragédie s’arrête un jour. Pensée pour le peuple nicaraguayen!

Honduras – Copan ruinas

Tout comme El salvador, le Honduras souffre d’une mauvaise réputation, les touristes le fuit ou vont seulement sur ses îles caribéennes. Après près de 8 mois au El salvador, je peux constater que la mauvaise publicité n’est pas toujours fondée et le mieux est de découvrir un pays par soi-même pour en avoir une opinion propre 😉

C’est donc tout naturellement que nous sommes partis en shuttle de Antigua Guatemala pour Copan ruinas au Honduras 🇭🇳.

La monnaie du Honduras est le Lempira. 1€=  27,44 lempiras

P_20190302_154117P_20190302_171612

Copan ruinas est une ville très agréable, avec sa place centrale, son église, ses commerces et restaurants. On s’y sent parfaitement bien et l’offre touristique est développée: spa, parc d’oiseaux, site archéologique, musées etc.

P_20190301_175433.jpg

Tous fatigués de notre tour, nous avons décidé, le premier jour de nous rendre au Spa Jaguar. Un spa en plein milieu de la jungle, assez difficile d’accès mais qui vaut absolument le coup ! Après 2h de transport sur des chemins perdus, nous voilà arriver.

luna-jaguar-hot-springs-spa

Ce spa propose un chemin de rituels mayas à suivre composé d’argile à se mettre sur le corps, d’eaux thermales naturelles (froide et chaude) et tout ça dans la jungle ! Un moment unique et reposant dont nous avons profité au maximum (et pour seulement 10€!).

Le lendemain nous sommes partis à pieds (seulement quelques kilomètres) au site archéologique de Copan ruinas. Arrivés sur place, nous avons loué les services d’un guide, en espagnol, pour mettre à l’épreuve ahah ^^.
Prix entrée parc+musée: 18€

P_20190302_100955

C’est toujours très intéressant de prendre un guide pour faire vivre le lieux et comprendre ce que l’on voit 🙂

P_20190302_101244P_20190302_101735P_20190302_102758

Le site de Copan est bien différent de celui de Tikal, ou encore des sites que nous avons visité au El salvador. En effet l’époque étant différente, Copan présente plus d’éléments artistiques et l’architecture y est distincte.

P_20190302_103726P_20190302_103746

P_20190302_105825.jpg

Le site est impressionnant et son art en est pour beaucoup ! La conservation des pièces est telle que l’on peut voir de nombreux détails sur chaque élément. Il faut savoir que la plupart des écritures présentes restent indéchiffrables jusqu’à aujourd’hui, un vrai mystère ces mayas !

P_20190302_104215

P_20190302_110821

P_20190302_111115_HDRP_20190302_112220La pierre des sacrifices 

P_20190302_115138P_20190302_122604Représentation d’un temple maya de l’époque (musée du site)

Le site de Copan, s’est aussi l’occasion de rencontrer une vingtaine de Guacamayas en totale liberté! Eh oui, ce que l’on appelle « Perroquet » a pour vrai nom « Guacamaya », c’est d’ailleurs l’oiseau national du pays.

P_20190302_130324_HDRP_20190302_130504_HDR

Ils sont très curieux, gourmands et font le show ! J’étais complètement amoureuse de leurs couleurs ❤

Le lendemain, 4h du matin, heure du départ pour Tegucigalpa. Nous avons pris les transports publics de Copan ruinas à San pedro Sula et de San pedro Sula à Tegucigalpa, transports très bien organisés, pas chers et en toute sécurité! Le trajet nous a pris la journée, et oui, pas de direct de Copan à Tegucigalpa ^^.

Lors de notre passage éclair à Tegucigalpa, nous n’avons pas eu le temps de découvrir la ville, ce sera pour une autre fois 🙂

P_20190303_181401

Nous n’avons donc passé que 4 jours au Honduras, faute de temps, de programme changé, d’argent mais j’y retournerai probablement sans hésiter pour découvrir davantage !

Le Honduras reste une destination pas chère, c’est l’occasion de le découvrir!!

Direction le Nicaragua maintenant 🇳🇮

Guatemala – Antigua guatemala #2

Eh oui, encore Antigua guatemala ! Depuis le Bélize, nous voulions rejoindre le Honduras directement, mais ce chemin est impossible par voie terrestre car aucune route ne joint les deux pays, une petite partie du Guatemala les sépare et cette partie ne partage pas non plus de routes avec le Bélize. La seule solution directe Bélize – Honduras était un ferry cher partant de Punta gorda (sud du Bélize) à Puerto Cortes (nord du Honduras), trajet dans la mer des Caraïbes agitée en plus ! Donc nous avons finalement décider de repasser par le Guatemala pour gagner le Honduras !

P_20190227_073437P_20190228_172821

C’était donc notre second stop à Antigua et mon anniversaire en prime 🎈 ! Pour cette seconde visite, nous avons passé trois nuits à dormir dans une tente sur le toit de l’hôtel. Magnifique vue sur le volcan de Agua, mise à disposition du matériel pour faire un feu de camp, superbes rencontres avec des gens des quatres coins du globe, un beau souvenir !

P_20190227_152434

Nous nous sommes aussi rendus à Hobbitenango. Vous ne rêvez pas, ce village monté de toute pièce est inspiré du film le Hobbit !

P_20190227_145752

P_20190227_150052

Lieu idéal pour flâner et passer une après-midi amusante, de nombreux jeux de plein air sont à disposition gratuitement ou pour quelques pièces 🙂

P_20190228_124954

P_20190228_125215

P_20190228_130559

P_20190228_124931P_20190228_130957

À Antigua, nous avons aussi fait à tour au couvent des capucines (Covento de las Capuchinas.) Mois impressionnant que le monastère que nous avions visité lors de notre premier passage, ce couvent reste tout de même intéressant dans son architecture.

Petite soirée à la rhumerie Zacapa pour fêter mon anniversaire ! Eh oui, quoi de mieux que de fêter son anniversaire en buvant le meilleur rhum du monde (et ce n’est pas moi qui le dit!). Le rhum Zacapa a même était disqualifié de certaine compétition de rhum car il les gagnait à tous les coups !
À la rhumerie Zacapa, on peut évidemment boire un rhum sec, des cocktails mais aussi manger et acheter le délicieux rhum !

Voilà les aventures pour cette dernière étape au Guatemala, direction maintenant le Honduras 🇭🇳

Bélize – Caye caulker

Nous quittons le Guatemala pour l’ambiance Caraïbe du Bélize! Seul pays anglophone de la région, le changement est assez radical.
Nous sommes donc partis de Florès à 4h du matin pour 5h de route direction l’île de Caye caulker au Bélize.

Le Bélize est presque aussi petit que El Salvador, avec seulement 1000km² de plus ! La plupart de sa surface est recouverte de forêt tropicale, ce qui en fait l’un des pays les moins habités de la région avec environ 400 000 habitants (ça change des 6 millions du El salvador!).
Pendant le chemin en bus, nous avons pu voir des maisons en bois peintes, des champs de coco, banane, les paysages sont très verts et il y a peu de monde et peu de villages sur la route.

Prix shuttles + water taxi compris: 20€ avec Getawaytravel (agence de voyage à Florès)

En arrivant à Belize City, le bus nous dépose à l’embarquement pour prendre le bâteau qui nous emmenera jusqu’à Caye caulker.

P_20190223_102631.jpg

Du port à l’arrivée à Caye caulker, nous passons à travers l’eau turquoise de la mer des Caraïbes, nous observons les îles paradisiaques toutes autour de nous et après 45minutes de bâteau, notre île est là!

P_20190223_165050.jpg

« Go slow » – La devise de Caye Caulker « Aller doucement »

La monnaie du Bélize est le dollar bélizéen. 1$= 2 dollars belizéen.

P_20190222_135519.jpg

À Caye caulker, la vie est tranquille et au rythme des voiturettes de golf, des vélos, et bien sûr du reggae et de la dancehall !

P_20190222_142256.jpg

P_20190222_142430.jpg

P_20190222_151633.jpg

P_20190222_152252.jpg

Le premier jour, nous avons loué des vélos pour faire le tour de l’île pour environ 2,50€/heure. À peine commencé on nous propose une noix de coco « local », un peu intrigué sur le terme local, on dit ouiii. Ni une ni deux, le gars des noix de coco, super heureux qu’on veuille une « locale » nous coupe une noix de coco et la remplit avec du rhum! Welcome to Béliiiiiize 🇧🇿

P_20190223_103136

P_20190224_170918P_20190223_181514

Nous avons dormi en dortoir à Pause Hostel pour environ 8€/la nuit. L’hostel propose la location de kayak illimité pour 4€.
Le coucher de soleil depuis le ponton est superbe!

P_20190222_155006.jpg

P_20190222_171039_HDRP_20190222_171053_HDR

La seconde journée, nous en avons profité pour faire du kayak dans la mer turquoise. Nous avons vu plein d’espèces de poissons multicolores mais aussi des oiseaux marins.
Au détour d’un coup de pagaye, un aileron dépasse de l’eau et réapparaît un peu plus loin ! Un requin ?!! Curieux, nous le suivons, quelle surprise lorsque nous avons découvert que c’était un énorme poisson qui nage comme un requin 😂 !

La nourriture au Bélize: du riz, des haricots rouges, de la noix de coco et du curry! De quoi se régaler avec ces saveurs caribéennes!

Le 3ème jour, nous sommes allés à Koko King, un resort sur l’ile voisine qui propose un water taxi gratuit depuis les docks pour l’atteindre.
Étant un resort pour touristes, les prix montent vite et on y trouve une ambiance un peu surfaite MAIS le cadre est assez sympa entre eau turquoise et plage de sable blanc :).

P_20190223_102548P_20190223_172409

Le 4ème jour, c’est le moment de dire au revoir à ce petit coin et de rejoindre à nouveau la frontière avec le Guatemala. De Caye caulker à Belize city, nous reprenons le water taxi, puis une fois arrivé nous avons pris un taxi du port à la station de bus centrale pour trouver un bus en direction de Benque de Viejo, ville frontière avec le Guatemala. Les bus locaux sont comme souvent en Amérique centrale, sont de vieux bus scolaires américains. À peine installé, un gars commence à mettre la musique avec sa grosse enceinte, au programme dancehall pour 3h de bus, super ambiance ! ✌Nous avons rencontré en montant dans le bus, un autre français, Ben, qui se dirigeait vers San Ignacio (ville près de la frontière), super moment ! Il a une chaîne youtube de ses voyages au bout du monde Ben’nco ✈

Au cours du trajet, un mennonite est monté dans le bus ! Kezako ? Les menonnites sont une communauté religieuse qui a décidé de ne pas céder à la technologie et de vivre isolée des autres. Quelques communautés se trouvent en Amérique latine, notamment au Bélize et en Bolivie (à ma connaissance ^^). La particularité de cette communauté est qu’ils parlent le bas allemand (ancienne allemand) et qu’ils sont tous d’origine allemande !

Arrivée à Benque de Viejo, nous sautons un nouveau dans un taxi qui lui nous emménera au poste frontière de Menchos de mencos. Nous traversons la frontière à pied, ma sandale cède pile poil entre le pont Bélize/Guatemala, elle voulait probablement rester au Bélize plus longtemps, tout comme moi ^^.

Le Bélize est assez méconnu du circuit touristique et pourtant il a beaucoup à offrir: sites mayas, jungle, réserves naturelles, plongée sous marine, barrière de corail, plages de rêve etc.
On y trouve une mixité cuturelle riche: entre rastafari, garifunas, blancs, latinos, chinois, indiens, mennonites ! Ce fût un grand étonnement et cela m’a donné envie de connaître plus de ce petit pays. J’aurai aimé y passer plus de temps et découvrir une partie de la côte et de l’intérieur du pays mais ce sera pour une autre fois ! 🙂

Une fois le poste frontière passé, nous voilà à nouveau au Guatemala ! Nous retournons à Flores en bus local pour y dormir et repartir le lendemain pour Antigua. Des heures et des heures de bus en perspective mais Antigua guatemala reste merveilleuse !

Guatemala – Florès et Tikal

Dernière étape au Guatemala: l’île de Florès et le site archéologique maya de Tikal !

Pour y aller: 8h de shuttle entre Lanquín, notre village perdu, et Florès en plein milieu de la jungle! 100quetzals/personne pour la route en shuttle soit environ 13€.
De Lanquín à Coban retour sur les virages des montagnes. De Coban à Florès, nous passons par des routes de poudres oranges/rouges, le département de Peten est définitivement la jungle! Les paysages changent beaucoup par rapport au sud du pays et les gens aussi, les femmes y portent d’autres vêtements traditionnels. Les peu de villages croisés montrent des maisons en bois colorées, très différentes de ce que l’on a pu voir jusqu’à maintenant. L’air y est humide et chaud.

IMG-20190221-WA0018Le ferry pour passer de Sayaxché à Florès

L’anecdote: voir les sacs et valises volées du toit du shuttle ^^ dont nos deux sacs de rando ! Plus de peur que de mal: les sacs sont un peu abîmés mais nous avons seulement perdu nos avocats prévu pour le dîner du soir!

P_20190220_175227.jpgLac Peten Itza et coucher de soleil

La première impression quand on arrive à l’île de Florès, c’est les alentours: la pure jungle et le lac Peten Itza qui l’entoure. C’est déjà un avant goût de notre périple du lendemain à Tikal.

P_20190220_175401.jpg

P_20190220_180310.jpg

P_20190220_180414.jpg

Florès est très touristique car située près de Tikal, c’est le lieu de chute pour dormir avant de partir très tôt le lendemain matin pour le site maya.
C’est une ville plein de couleurs qui donnent presque déjà une ambiance Caraïbe!

P_20190220_182227.jpg

P_20190220_182615.jpg

Pas tellement d’adresse à recommander pour dormir, les hostels sont plus chers que dans le reste du Guatemala et même pour le prix, ils ne sont pas top.

Le lendemain matin, départ très matinale pour aller explorer la merveille.
140 quetzals l’entrée du parc Tikal soit environ 18€. Il faut au moins une journée pour l’explorer, le parc est gigantesque!

P_20190221_084841.jpg

Nous avons fait 3h de visite avec un guide qui nous a appris tous les secrets du monde maya! (Transport Tikal aller/retour + guide touristique: environ 13€). Nous y avons d’ailleurs appris que les mayas pratiquaient en effet les sacrifices mais que ces sacrifices étaient effectués sur des nobles du village et non des esclaves car il fallait la meilleur qualité de sang pour l’offrir aux dieux !

P_20190221_083759P_20190221_084846P_20190221_085426_HDR

Les ruines sont totalement incroyables, tout le monde dans le petit groupe que nous étions, est resté bouche bée en voyant apparaître le premier temple. Le fait que ces ruines soient en plus dans la jungle donne un effet absolument mystique.

On en finit pas d’être épaté à chaque fin de chemin, un nouveau temple !

P_20190221_103544P_20190221_103549Vue depuis le sommet d’un temple: le sommet des autres temples dans la jungle

Le plus haut des temples mesure 72mètres !

Nous y avons vu de nombreux animaux: singes araignées, toucans, singe hurleurs etc. Le cri des singes hurleurs est impressionnant, c’est le deuxième mammifère le plus bruyant derrière l’éléphant!!

P_20190221_112434

Pour être tranquille et ne pas trop souffrir de la chaleur, le mieux est de visiter le site dès très tôt le matin ! Nous y sommes arrivés à 6h30 du matin et sommes partis à 15h.

P_20190221_124537P_20190221_131405

C’était une journée merveilleuse et riche en histoire ! À faire et refaire ! Il y a d’ailleurs plusieurs sites archéologiques à faire dans les parages mais il faudrait une semaine pour tous les connaître!