La Ruta de las Flores

Une route à travers les villages salvadoriens, pleine de couleurs et de tradition, La route des fleurs, est un incontournable pour découvrir la vie dans les villages à seulement une heure de la capitale. Les villages, bien que différents, se présentent toujours sous cette forme: église, parc central, autour de ce parc: restaurant et petits magasins puis enfin le marché.

P_20181111_095047[1].jpg

P_20181111_095500

Premier stop à Nahuizalco, il est alors huit heures du matin et pourtant, le village est déjà en ébullition: le marché ouvre, la maison culturelle vous invite et l’église se remplie. Au sein de la maison culturelle de la ville, diverses explications sur la culture locale, les massacres qu’ont subis les indigènes, les inégalités sociales de l’époque coloniale, les matériaux utilisés par les peuples mayas, le tout permettant de comprendre l’histoire des peuples indigènes Pipil et Nahualt. Une visite très intéressante présentée par un jeune du village. Nous partons ensuite pour le marché près de la place centrale, un marché à même le sol, des légumes et fruits vendus par les indigènes venus des montagnes et des prix défiant toute concurrence: 50 centimes les 10 oranges  !! (Je n’ai pas fait de photos :/). Après cette petite balade, pause petit-déjeuner, une assiette traditionnelle bien garnie pour seulement 1,75$, pas de quoi s’en priver !

P_20181111_102625

P_20181111_102845

P_20181111_105502

Second stop à Juayua, beaucoup d’activités en périphérie de la ville: visite des cascades Los Chorros de la Calera, balade en calèche, randonnées; nous n’avons pas faits ses activités étant donné que nous souhaitions parcourir encore d’autres villages. Ça sera pour une prochaine fois 😉

P_20181111_113222

P_20181111_113532

P_20181111_114030

P_20181111_115539

Troisième stop à Ahuachapan, ville de style très coloniale, à 100km de la capitale, une population très sympathique, une vie paisible et une grande activité géothermique encore peu exploitée. Ce dimanche, il n’y avait pas grand chose à faire mais reste qu’il y avait de très belles bâtisses ! Aux alentours, on peut y trouver des geysers et centres d’eaux thermales, nous y retournerons probablement pour un weekend détente. Petite info: la route pour s’y rendre est très abîmée, trous fréquents !

P_20181111_142800

P_20181111_142738

P_20181111_141051

P_20181111_141808

P_20181111_143224

Quatrième et dernier stop de la journée: Ataco a été mon village coup de cœur le long de cette route, tellement de couleurs, de joie, de paysages à couper le souffle ! On y trouve la galerie d’arts des Frères Fabru’s, artistes du village, qui peignent des scènes de la vie quotidienne notamment avec leurs Memitas, qui représentent la femme salvadorienne métisse avec de grands yeux. Des peintures que l’on admire d’ailleurs dans toute la ville, un vrai patrimoine culturel local qui ravit tous les touristes de passage.

P_20181111_143633

P_20181111_143709

P_20181111_151320De ce point de vue, tout à droite, nous avons pu admirer un volcan du pays voisin, le Guatemala ! 

P_20181111_151539Balade en Buggy ! (20$ pour 45min de promenade)

P_20181111_154228La marelle du développement: « aime-moi, éduque-moi, nourris-moi, protège-moi… »

P_20181111_154303

P_20181111_154610

Cette route mérite d’y faire une bonne escale de deux jours en raison de la multitude de choses à faire: visite des villages, musées, balade en Buggy/Quad, labyrinthe, cascades etc. Nous y referons un tour en passant cette fois par Apaneca et pour un plus long arrêt à Juayua.

Encore une très belle aventure sous le soleil du El Salvador !

Publicités

El día de los muertos

El día de los muertos, « Le jour des morts » en français, se déroule du 1er au 2 Novembre et non le 31 octobre comme chez nous. Je pense qu’on a tous ce cliché du film Coco, le réalité est tout de même différente, premièrement parce que le jour des morts est célébré différemment selon les pays et que deuxièmement, Coco est inspiré du jour des morts que fêtent les mexicains ^^.

Je ne me suis pas rendu dans un cimetière en ce jour car je pense que c’est un peu voyeur de regarder les autres pleurer leurs morts. Je me suis donc informé à travers des reportages de la TV locale.

23172434_1902451966438086_6943098467870710440_n-735x400Source: Ultimahora.sv

Les salvadoriens se rendent sur les tombes de leurs défunts dès le matin, y amènent diverses décorations très colorées: fleurs en plastiques/tissus, guirlandes, photos etc. Ajoutez à cela de la nourriture traditionnelle à déguster devant la tombe, de la musique chantée par des groupes de Mariachis ou bien tout simplement depuis une radio et voilà une idée la tradition célébrée ici au El Salvador ! Les cimetières se remplissent et ne désemplissent pas avant le soir.

mariachis-2Source: Dario Libre

dia-de-muertos-13Source: Diario1.com

Dans les villages, la célébration est quelque fois un peu différente et inclue un défilé à la tombée de la nuit, une sorte de fête très dynamique où l’on danse; en voici un exemple à Tonacatepeque: https://www.elsalvador.com/fotogalerias/322415/la-colorida-fiesta-de-la-calabiuza-en-tonacatepeque/

Centre-ville de San Salvador

Aujourd’hui direction le centre-ville de San Salvador, capitale du pays qui compte près de 3 millions d’habitants soit la moitié des salvadoriens ! C’est une capitale très vivante avec son grand marché central mais aussi pleine d’histoire avec son centre historique, c’est cette dernière partie que j’ai visité.

Avant de me rendre au centre historique, j’étais un peu incertaine sur la dangerosité du lieu, je l’avoue, car le marché central, voisin du quartier historique, est plutôt mal fréquenté. J’avais donc peur d’y emmener mon téléphone et ma jolie petite robe.

La vérité ? Une fois arrivée, descendue de la voiture, eh bien je me rends compte que les personnes présentes sont pour la plupart des familles qui se promènent, des personnes âgées qui prennent l’air etc. Je me sens alors à l’aise et sors mon portable sans peur qu’on me l’arrache ! Autre remarque que je me suis faite: de nombreux enfants jouent sur les places preuve que c’est un lieu sûr. Evidemment, d’autres coins de la capitale sont réellement à éviter.

P_20181028_160024_HDRPlace Gerardo Barrios

P_20181028_160134Cathédrale métropolitaine

P_20181028_161246_HDR

P_20181028_161200_HDRThéâtre national

Le centre historique a été très bien rénové ces dernières années, il a été nettoyé, sécurisé et permet réellement une belle balade à travers ses monuments et commerces. J’ai eu un énorme coup de cœur pour le lieu, aussi bien de jour comme de nuit.

P_20181028_170148.jpg

À travers une rue, un bar appelé La Dalia nous intrigue, nous demandons alors à un vendeur ambulant où se trouve l’entrée. Petit couloir lugubre, nous avançons et là, nous découvrons un bar absolument fabuleux, style année 50, il me fait penser à des photos que j’avais vu de Cuba. C’est le plus vieux bar/billard du El Salvador! Chanteur populaire, tables de billard, jeux d’arcade anciens, murs défraîchis, tout y est ! La clientèle ? De toutes les classes sociales! Et ça c’est génial, ce mixe donne une atmosphère particulière, chaleureuse qui nous transporte jusque dans son histoire, les photos en noir et blanc accrochées au mur en témoignent. Vraiment, j’étais émerveillé par le côté brut du lieu! À faire ABSOLUMENT!

P_20181028_165952

P_20181028_164754_HDRP_20181028_165944

P_20181028_165800_HDR

P_20181028_165809_HDR

P_20181028_165938

P_20181028_170105

——

P_20181028_162420

P_20181028_162804_HDR

L’église El Rosario, accordons-le, n’est vraiment pas attrayante vu de l’extérieur, mais son histoire et la magie de ses vitraux intérieurs nous prouvent tout le contraire ! Cette église a été rénové à la suite de la guerre civile, rénovée d’acier issu de la fonte des armes, comme pour garder un souvenir indélébile de ce bout d’histoire qui a traumatisé les salvadoriens.

P_20181028_163348La Libertad, ancien cinéma

P_20181028_172550

P_20181028_171651

A la tombée de la nuit, le centre historique reste très animée, des rooftops super tendances, des petits cafés « hipster » qui me rappellent Paris, tout ça avec une vue imprenable sur les monuments. Nous sommes rendus au Mori’s Rooftop pour le coucher de soleil.

P_20181028_180714

P_20181028_182437

P_20181028_183130

P_20181028_183202Le palais national, ancienne demeure des présidents salvadoriens.

Mon impression générale: un centre-ville qui ne demande qu’à être exploré, beaucoup de bâtiments, maisons coloniales, abandonnées et pourtant si belles ! J’imagine que d’ici 10 ans, ces maisons abandonnées se vendront à prix d’or…

Ciaooo

1 mois et 8 jours

Aujourd’hui, cela fait près d’un mois et demi que je suis au El Salvador. C’est passé trèèèès vite et je me suis déjà fait une petite idée du pays. Je pense que c’est le moment de présenter ma petite vision, notez bien que cela reste une opinion personnelle 🙂

Alors je pense connaître la question de beaucoup « euh ça va la sécurité ? »

Oui ça va 🙂 ! Avant de partir je me disais que les médias aiment montrer les images catastrophes/chocs pour alimenter toutes les âmes curieuses et malveillantes. Eh bien c’est tout à fait ça, les médias ont bien terni l’image du pays. Personnellement, je ne m’y sens pas en insécurité, on ne voit pas des gens des gangs dans la rue hein, ils ne viennent pas toquer chez vous non plus. Comme en France, il est préférable de ne pas se balader la nuit en étant une femme seule. Comme en France, je ne me balade pas dans les quartiers « chauds ». Comme en France, il y a des pickpockets. En fait tout est question de bon sens et de se renseigner un minimum auprès des locaux pour vivre libre et en paix :). Evidemment ce n’est pas tout rose, surtout pour les gens des quartiers pauvres et j’espère qu’un jour ils ne subiront plus leur pauvreté et la violence.

J’ai aussi pris le bus pour la première fois cette semaine et ça a été une super expérience. Il y a beaucoup de monde, des portes qui ne ferment pas toujours, les clips de reggaeton diffusés sur les télés avec le son à fond, des vendeurs ambulants ^^ C’est vraiment une immersion dans la vie quotidienne des salvadoriens. Il faut tout de même bien gardé un oeil ouvert et éviter le portable dernier cri à la vue de tout le monde évidemment ! Le coût du bus étant de 0,35 centimes, il n’attire pas que de bons petits salvadoriens.

Petite anecdote pour finir: un salvadorien m’a raconté qu’il partait en voyage en Colombie et que sa mère avait très peur pour sa sécurité là-bas. Paradoxal non ? Tout ça pour dire que l’être humain aime à croire que le danger est bien plus grand chez les autres que chez soi ^^ !

 » « Tiers monde ?  » « 

Eh bien non, le pays est très développé, on ne vit pas dans la poussière ici. Les grands axes et villes disposent de belles routes qui se relient bien. On y trouve tous un tas de chaînes de magasins internationales: Adidas, Zara, KFC, Mc Donalds, Burger King etc. Les salvadoriens aiment rire, sortir, faire du shopping, faire la fête, tout comme chez nous ! Il y a des quartiers chics, des immeubles résidentiels, des quartiers plus populaires…

Vrai: l’eau du robinet n’est pas potable, la douche est froide mais on s’habitue et puis les habitants ne voient pas l’utilité d’avoir de l’eau chaude lorsqu’il fait 35° ^^. Les petites routes ont souvent des nids de poule, un 4×4 est tout à fait adapté pour barouder !

Enfin, je me suis rendu aux urgence de l’hôpital car j’ai été malade et bien ils ont les même précautions, règles d’hygiènes, et c’est très semblable à ce que l’on a chez nous. Il est mieux de consulter un hôpital privé pour faire fonctionner nos assurances européennes.

En bref, le tiers monde est vraiment un terme désuet, oui le pays n’est pas le plus riche du monde, ni parfait dans tous ses recoins mais il se développe de plus en plus pour offrir un maximum de confort à ses habitants.

Religion ? 

Dios est partout avec nous ici: autocollants sur les voitures, bus, émissions TV, expressions communes (« Primero dios« = Premièrement dieu; signifie qu’il faut avoir de l’espoir dans le futur)… Et j’en passe ! C’est un pays très chrétien composé de catholique mais aussi de très nombreuses églises évangélistes et autres dérivés (JW, Mormons, Mennonites…). Alors pour moi qui ne suit pas habitué à voir ça aussi fort, cela m’étonne mais bon à chacun ses croyances 🙂

Pétards et feux d’artifice

Alors au début j’avais peur quand j’entendais ça, je me demandais ce qu’il se passait dans le quartier, eh bien c’est tout simplement que les salvadoriens ADORENT tous ces trucs qui pètent forts ! En fait, les églises, à la fin des messes du soir, aiment péter des pétards et feux d’artifice pour célébrer la fin de l’office ^^ Voilà voilà, c’est original! Apparemment s’est 15 fois pire ce bazar pendant les fêtes de fin d’année car tout le monde s’y met. Je verrais ça en décembre !

Je pense avoir fait le tour des grandes impressions sur mes premiers temps ici :3 Hasta pronto !

Volcan El boquerón

El Salvador compte près de 23 volcans dans un mouchoir de poche ! C’est d’ailleurs ces volcans qui ont inspiré les paysages du Petit Prince, la femme d’Antoine de St-Exupéry, Consuelo, étant salvadorienne.

P_20181022_140448

J’ai donc visité El boquerón, volcan surplombant la capitale du pays. Sa dernière éruption remonte à 1917, il avait alors ravagé San Salvador.

P_20181022_140048.jpg

Le volcan est accessible en voiture, une fois arrivé, l’entrée au cratère coûte 3$. Les petits sentiers bien aménagés permettent d’accéder à des points de vue sur le volcan. Ce n’est pas une randonnée, en effet, nous avons mis seulement 15min à arriver en haut ^^.

P_20181022_135150.jpg

Il est possible d’accéder au cœur du cratère centrale mais seulement avec des guides, la descente étant dangereuse et peuplée d’animaux sauvages.

🙂

Le marché national d’artisanat

Hola, ici Elisa reporter ! Cela fait environ 10 jours qu’il pleut plutôt fort ici, cela est dû à une tempête tropicale venue des Caraïbes. Bon le terme « tempête » fait peur mais plus de peur que de mal, je ne me suis pas envolée jusqu’à maintenant car du côté du Salvador on reçoit plutôt des pluies diluviennes que du vent. Cela explique ceci, je ne sors pas beaucoup dernièrement et seulement dans des lieux fermés car je n’ai pas trop envie d’être toute trempée ^^ et puis les sorties en nature sont gâchées en général par le manque de luminosité et les terrains boueux.

Alors aujourd’hui, pendant une accalmie, j’ai visité le Mercado nacional de artesanias. On y trouve plein de produits typiques, plein de couleurs et à des prix raisonnables ! Tout ça dans la capitale au sein du quartier San Francisco.

P_20181019_121321[1]

Hamacs, sacs, stylos, café, magnets, carnets, chapeau typique, chemises et autres vêtements traditionnels, couvertures faites main… Des souvenirs pour tous les goûts !

P_20181019_123221[1]

P_20181019_160635

P_20181019_122945[1]

Une peinture qui représente plutôt bien les différents paysages qu’offrent le Salvador 🙂

Il m’en reste encore beaucoup à découvrir !

Visite au jardin botanique

J’ai eu l’occasion, cette semaine, de me rendre au Jardin Botanico del Plan de la Laguna. Une merveille située en pleine zone industrielle d’Antiguo Cuscatlan ! C’est très étonnant quand on y arrive car nous n’imaginons pas trouver un jardin botanique au milieu des industries. Il est donc assez bien caché et pourtant, il vaut le détour ! L’entrée coûte 1,25$ et on y est plutôt tranquille, très peu de personnes, c’est PARFAIT.

P_20181011_121510

P_20181011_115924

P_20181011_113337

IMG-20181011-WA0019

IMG-20181011-WA0020

P_20181011_112923

P_20181011_113549Bananier (banane plantain)

P_20181011_124909

Le jardin se trouve en fait sur un ancien cratère, ce qui permet une biodiversité luxuriante ! J’ai  beaucoup appris car c’est un jardin ludique avec une pépinière, un parcours éducatif sur « comment cultiver son jardin » et des espèces que je n’avais jamais vu dont des oiseaux rares, des tortues, des plantes exotiques etc.

P_20181011_122621Forêt de bambous

P_20181011_124724Cacaoyer

P_20181011_121932

P_20181011_121201.jpg

 

P_20181011_122114.jpg

Bisous des tropiques !